L’amazighe au Maroc, d’une langue minorée à une langue officielle et entre l’école et l’espace public : état des lieux

Bouchra EL BARKANI

Chercheure au Centre de la Recherche Didactique et des Programmes Pédagogiques (CRDPP), Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM), Rabat

14 novembre 2018

La langue amazighe est introduite à l’école marocaine en septembre 2003 après le discours royal d’Ajdir du 17 octobre 2001 et la création de l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) chargé de la promotion de la langue et culture amazighes dans, entre autres, le système d’éducation et de formation. Sur le plan vertical, elle est enseignée au primaire de la 1ère– 6ème année et sur le plan horizontal, elle fait partie du cursus scolaire de plusieurs écoles sans que son enseignement soit généralisé à l’échelle nationale. En juillet 2011, elle a changé de statut de « langue nationale » à « langue officielle » reconnue comme la langue arabe, dans la Constitution marocaine, en tant que langues officielles du pays.

Etant présente sur le territoire marocain sous forme de variantes (tarifit, tamazight, tachelhit), la langue amazighe a nécessité pour son enseignement l’aménagement de son corpus. Le premier pas franchi dans sa standardisation a été le choix de la graphie avec laquelle cette langue sera transcrite pour qu’elle soit une langue enseignée, apprise et diffusée et c’est la graphie tifinaghe qui a été choisie en février 2003.

L’introduction de la graphie tifinaghe à l’école a fait de l’enfant marocain un apprenant polygraphe qui fait son entrée à l’écrit en maternelle dans les graphies arabe et latine pour se retrouver à l’école primaire publique avec 3 graphies arabe, latine et tifinaghe.

Notre intervention traitera de la situation de l’enseignement de l’amazighe au Maroc. Ayant pour problématique de recherche : l’amazighe, langue enseignée-apprise à l’école, quoi enseigner, par qui, et comment ?, nous allons présenter d’abord, l’amazighe au Maroc, son passage de ‘langue minorée’ à ‘langue nationale’ et ‘langue officielle’. Ensuite, nous nous focaliserons sur sa diffusion d’une part, son introduction à l’école et d’autre part, sa présence dans l’espace public.

L’objectif de notre intervention est de présenter au public la situation de l’amazighe au Maroc et étant une langue minorée promue au statut de langue officielle pour ouvrir le débat sur le rôle de l’espace public et de l’école dans la survie d’une langue minorée. Notre intervention fera référence, entre autres, aux résultats de notre travail de thèse de doctorat ; les résultats de nos travaux de terrain sur l’enseignement de la langue et l’apprentissage de tifinaghe et sur sa présence graphique dans l’espace public marocain ; et les travaux réalisés par les chercheurs du Centre de la Recherche Didactique et des Programmes Pédagogiques (CRDPP) de l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM).

Nous proposons, à la fin de notre intervention et après une session d’échange avec l’assistance, un atelier d’écriture tifinaghe pour découvrir cette graphie qui a été la 1ère phase franchie dans le processus de la standardisation de la langue amazighe (la codification graphique) avant son introduction à l’école marocaine en septembre 2003.

Diaporama disponible ici



Citer ce billet
Laurie Boyer (2018, 14 novembre). L’amazighe au Maroc, d’une langue minorée à une langue officielle et entre l’école et l’espace public : état des lieux. ELSE - Éducation en langues secondes et étrangères. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5ps

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search