Quand la revitalisation des langues post‐vernaculaires nous invite à penser leur didactique

Bénédicte  Pivot

Docteure en sciences du langage, Laboratoire DDL, Enseignante de FLE à l’Université Catholique de Lyon  

25 juin 2014

Ma récente recherche doctorale sur la revitalisation de langues (très) en danger m’a amenée à questionner l’usage et les fonctions de ces langues au sein des communautés et les objectifs poursuivis pour la revitalisation quand celle‐ci se dessinait dans le cadre scolaire uniquement. Constatant que la fonction principale était démonstrative et non conversationnelle et que les objectifs ne visaient pas directement et explicitement à la revernacularisation de ces langues, j’ai utilisé la notion de postvernacularité proposée par Shandler (2006) pour analyser les situations sociolinguistiques de revitalisation et les propositions d’enseignement.

Cette notion permet de questionner les approches et les représentations relatives à l’enseignement des langues en danger, comme le francoprovençal en France, qui ne peut être conçu sur les modèles existants où les langues sont abordées comme des médiums de communication usuelle et d’ouvrir une réflexion sur la nécessité d’une didactique appropriée.



Citer ce billet
Laurie Boyer (2014, 25 juin). Quand la revitalisation des langues post‐vernaculaires nous invite à penser leur didactique. ELSE - Éducation en langues secondes et étrangères. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5nx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search