Actualités

Le premier séminaire ELSE de l’année aura lieu

Mercredi 30 septembre 2020 de 14h à 17h

La dimension internationale dans la formation et le métier d’enseignant

en association avec l’INSPE de l’académie de LYON

sur le site de l’INSPE Amphi Louise Michel (60 places : COMPLET)

et à distance, inscription par mail à : inspe-relationsinternationales@univ-lyon1.fr

Nous accueillerons Nathalie Auger pour la conférence d’ouverture, et à ses côtés de nombreux intervenants qui aborderont différents aspects de cette dimension du métier : enseignant-es, chef d’établissement AEFE, DAREIC, DSDEN (cf. programme)

Nathalie Auger, Professeure des universités chargée des conventions Québec/Canada aux relations internationales Université Paul-Valéry Montpellier 3, UR LHUMAIN (Langages, HUmanités, Média-tions, Apprentissages, Interactions, Numérique)

« Dimension internationale, interculturelle et multilingue au sein de la classe : des théories aux pratiques concrètes »

Alors que la Commission européenne recommande, depuis mai 2019, que les jeunes européen-nes parlent au moins deux langues en plus de leur(s) langue(s) familiale(s) et que les enjeux sont par conséquent forts pour les enseignant-es de langues, mais aussi pour les enseignant-es de toutes les disciplines, nous observerons que cette dimension internationale, interculturelle et multilingue qui est volontairement recherchée fait déjà partie du paysage scolaire. A travers différents projets, incluant les langues « déjà-là », dont les langues romanis ou d’autres langues de la migration, nous verrons comment il est possible de travailler la médiation interculturelle et plurilingue qui permet à la fois de reconnaître et de valoriser « l’internationalité » en présence et de rejoindre les objectifs des programmes. Des exemples sur les disciplines français, langues vivantes, arts plastiques et sciences, premier et second degré seront proposés, tout en étant sous-tendus par les notions et résultats de la recherche récente.

Ce séminaire sera reprogrammé prochainement

le mercredi 1er avril 2020 de 14h à 16h

au laboratoire ICAR salle D4-179

Le plurilinguisme en structures d’accueil de petite enfance

http://www.evala.info

Nous vous proposons deux interventions sur la thématique du Plurilinguisme en structures d’accueil de petite enfance :

  • Nathalie Duchet, Coordinatrice du Programme de réussite éducative (PRE) du CCAS de Saint Priest
    Martine Mc Sweeney, Consultante formatrice au sein d’EVALA membre d’une SCOP

Le projet « Club de langues » du Programme de Réussite Éducative du CCAS de Saint Priest :une passerelle entre petite enfance et école pour favoriser une vision enrichissante du plurilinguisme et réduire les inégalités de langage

Depuis 2015, le PRE propose un « Club de langues » à des enfants repérés pour des difficultés de langage, d’apprentissage du français, enfants allophone ou plurilingues. Un partenariat a été monté avec l’éducation nationale (coordinateur REP, classes UPE2A d’une école élémentaire et d’un collège REP), deux associations La caravane des 10 mots puis Martine Mc Sweeney/EVALA, Jean Luc Vidalenc, conseiller pédagogique en charge de la question du plurilinguisme et l’université de Lyon, Nathalie Blanc de l’Inspé et Véronique Rivière en FLE, et la médiathèque de Saint Priest.
Les 3 objectifs principaux sont de : permettre l’expression orale et écrite en français des enfants allophones ou dans une situation de plurilinguisme conflictuel ; favoriser une vision positive et enrichissante du plurilinguisme et construire des représentations positives ; réduire les inégalités de langage et de vocabulaire dès le plus jeune âge afin de faciliter la passerelle entre petite enfance et école et la préscolarisation des plus jeunes.

Pour les enfants ayant entre 5 et 14 ans, le projet est proposé sous forme de stage à chaque période de vacances scolaires. Les enfants sont répartis selon leur âge. Pour la petite enfance, un partenariat a été fait avec 4 EAJE volontaires, situés en quartiers prioritaires selon 4 modules (formation des professionnels, ateliers professionnels-enfants, ateliers parents-professionnels – enfants – retour sur expériences).

Le programme laisse une grande place à l’expression des enfants et à la participation des parents afin de susciter des échanges, des créations et des réflexions autour de 3 objectifs opérationnels :
1. Permettre une réflexion sur la citoyenneté en valorisant la parole de tous et l’expression grâce à l’approche participative et à la valorisation des imaginaires de chacun.
2. Favoriser le mieux vivre-ensemble par la compréhension de l’autre en valorisant la diversité des expressions culturelles et des patrimoines linguistiques du groupe.
3. Faciliter l’inclusion sociale, notamment par les mécanismes de lutte contre l’inégalité au langage, à l’illettrisme et au décrochage scolaire grâce à une approche pluridisciplinaire (expression écrite, orale, plastique, développement de l’esprit critique).

Les parents sont invités à participer avec leurs enfants (séance familiale – café des parents).

L’originalité de cette approche mêlant expression artistique, ateliers participatifs et ateliers sociolinguistiques permet de fédérer des groupes d’enfants autour des langues, du plurilinguisme et de la diversité culturelle. Les restitutions permettent de témoigner du processus créatif.
Ce projet nous permet également de nous inscrire dans une démarche de prévention de l’illettrisme auprès des parents. En effet, un accompagnement familial est possible sur d’autres ressources et dispositifs tels que l’école ouverte aux parents pour la réussite de leurs enfants (EOPRE), la plateforme linguistique, le service éco-insertion, des associations locales – en fonctions de leurs demandes et besoins.

Dans une visée plus large, une journée thématique et partenariale sera organisée et proposée à l’échelle de la ville à tous les partenaires engagés dans cette question du plurilinguisme (éducation nationale, éducation populaire, action sociale, associations).


  • Eva Feig, Doctorante à l’Université de Strasbourg et à l’Université de Coblence-Landau, en Allemagne

Comment installer un bilinguisme précoce en milieu institutionnel ?
Les crèches franco-allemandes du Rhin supérieur à la recherche de la recette magique

Qu’on offre « de petits temps ludiques en allemand »[1] ou en français, ou bien qu’on vise « une continuité linguistique et culturelle authentique »[2] ou bien encore, qu’on se fixe l’objectif « de l’acquisition d’un bilinguisme précoce franco-allemand »[3], toute crèche se définissant comme « franco-allemande » adhère à un projet pédagogique qui se penche – plus ou moins – sur le concept du bilinguisme précoce. Elle doit donc se positionner clairement par rapport à cette notion sous l’angle institutionnel. Néanmoins, le concept de bilinguisme est loin d’être conçu de façon univoque et ceci vaut encore plus si nous parlons du bilinguisme précoce et des stratégies à appliquer pour parvenir à ses fins – quelles qu’elles soient.

La présente communication se veut un résumé succinct des approches choisies de la part de quatre crèches franco-allemandes situées dans la région du Rhin supérieur (deux côté français, deux côté allemand). La chercheure a réalisé une série d’observations en 2018 et 2019 dans le cadre de sa thèse en cotutelle, à l’université de Strasbourg et à l’Université de Coblence-Landau, en Allemagne. Cette recherche s’inscrit dans la tradition des études ethnolinguistiques qualitatives et elle se fonde sur les journaux de bords menés pendant les stages en immersion et les transcriptions de 28 heures d’enregistrements audio effectués dans trois de ces structures.

Ce faisant, la communication se concentrera sur les huit facteurs que la chercheure a identifiés comme déterminants dans la transmission institutionnelle des compétences linguistiques et culturelles, à savoir (1) le positionnement déclaré de la direction, (2) les biographies langagières des employés, (3) l’attitude observée des parents vers le projet franco-allemand, (4) les biographies langagières des enfants, (5) les supports médiatiques, (6) les activités menées à bout dans chaque langue, (7) la rigidité du choix de langue dans les interactions avec l’enfant et (8) la qualité du modèle langagier proposé par le professionnel de l’accueil du jeune enfant.

Bien que les facteurs nommés soient inextricablement liés entre eux, ce qui rend impossible de formuler une conclusion univoque, le bilan permet, pourtant, de souligner l’importance d’une approche congruente au niveau individuel et d’une approche interdidactique cohérente au niveau de l’équipe avec une mixité plurinationale significative au-delà du binôme emblématique du franco-allemand favorisant la mise en place d’une biculturalité bilingue authentique. Une application puriste du principe une personne – une langue et un engagement presque missionnaire du côté des adultes impliqués, au contraire, ne parvient pas à instaurer une culture du vivre ensemble favorable à une appropriation précoce durable de deux langues-cultures.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée personnellement ou professionnellement par les problématiques du bi-plurilinguisme, et vise à la rencontre entre professionnels, étudiants, chercheurs, enseignants, formateurs qui souhaitent s’informer et partager autour de ces questions. Si vous souhaitez assister à ce séminaire, pour des questions d’organisation merci de vous inscrire via le lien Doodle suivant :

 https://doodle.com/poll/nriq9d5bdqvfxa9w

Pour toutes questions ou inscription sur la mailing list afin de recevoir les annonces contacter nathalie.blanc@ens-lyon.fr

Séminaires à venir :
Les séminaires suivants seront annoncés prochainement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search